Interviews de Jo Wilfried Tsonga & Mame-Ibra Anne !

Samedi dernier, j’étais à la finale de la Boost Battle Run. J’ai pu assister à la belle victoire de Boost Bastille, me déhancher un verre à la main sur Jabberwocky & Onra, mais pas que !
En effet, j’ai également pu réaliser deux interviews : Jo Wilfried Tsonga & Mame-Ibra Anne !

Interviews finale Boost Battle Run Adidas 9 -Run Cocotte

Premièrement, Jo Wilfried Tsonga qui était, avec Teddy Riner, le parrain de cet événement, et deuxièmement, Mame-Ibra Anne, qui représentait la team Boost Bastille lors de la course des champions.

Pas plus de blabla, découvrez tout de suite le résumé de nos échanges !

Jo Wilfried Tsonga

Qu’est ce que vous pensez de l’évènement Boost Battle Run ?

Je n’ai pas l’habitude de faire ce genre de choses, mais quand Adidas m’a appelé j’ai dit oui avec plaisir ! Premièrement, je trouve le concept assez cool, d’ailleurs je ne pensais pas en venant ici ce soir qu’il y aurait autant de monde et de ferveur, c’est assez impressionnant ! Deuxièmement, j’aime beaucoup courir et ce soir j’étais libre ! Habituellement, je suis aux quatre coins de la planète sur un terrain de tennis donc c’est plutôt sympa de pouvoir faire ce genre d’évènements.

Vous dites « j’aime bien courir », donc vous courez ?

Je pense que je cours 3 heures par semaine au minimum. Quand je dis courir c’est vraiment courir, et pas seulement sur un terrain de tennis ! C’est vrai que sur le terrain je peux monter très vite en cardio, beaucoup plus que lors d’un simple footing d’une bonne heure pour récupérer. Cela dépend des distances, de la vitesse, de mes séances, etc.

Donc le running rentre complètement dans votre plan d’entraînement ?

Oui tout à fait, le running entre complètement dans nos phases de préparation, et je dirais même qu’il est primordial. En effet, pour le tennis, il faut être très explosif bien-sûr, mais il faut aussi avoir beaucoup d’endurance et le seul moyen pour faire progresser ce dernier point c’est soit le running, soit la natation, soit le cyclisme, ou tout ce qui se rapproche de ce type d’activités. Mais le running est plus adapté au tennis parce qu’on court pas mal sur un court !

Interviews finale Boost Battle Run Adidas 8 -Run Cocotte

Et alors ce soir quelle team encouragez-vous plus particulièrement ?

Ce soir je suis pour tout le monde !

Même pas une petite préférence pour un quartier ?

Non, je n’ai pas de préférence. Je ne suis pas né ici, donc je n’ai pas de quartier de cœur. Je suis pour tout le monde et j’espère que ça va bien se passer et qu’on va s’éclater ce soir. En tout cas tout le monde a l’air hyper motivé !

Vous avez testé l’ultra boost que vous avez aux pieds ce soir ?

Oui j’ai testé déjà depuis des années déjà la Boost puisque je suis à la base de la première chaussure. Effectivement, le système boost est un super concept. Lorsque l’on a l’habitude de courir avec d’autres chaussures et qu’on passe à ça forcément on sent la différence et le ressenti est très sympathique parce que c’est très léger, il y a le système Boost qui nous permet de rebondir, qui nous propulse. Ce sont de très bonnes chaussures.

Interviews finale Boost Battle Run Adidas 5 -Run Cocotte

Mame-Ibra Anne

Qu’est ce que tu penses de l’évènement Boost Battle Run ?

Je trouve que c’est super ! 10 quartiers qui s’affrontent ce soir à la Villette, qui se sont entraînés pendant 9 mois c’est vraiment top de leur faire une petite fête. Grâce à cela, ils vont pouvoir se rendre compte qu’ils ont bien travaillé, qu’ils se sont bien amusés mais qu’ils ont aussi bien progressé. J’ai eu la chance de rencontrer la team Boost Bastille en septembre dernier et j’ai trouvé ça vraiment génial. J’ai débarqué là bas en me disant « je vais courir avec une dizaine de personnes », en fait ils étaient 100 ! J’ai eu un superbe accueil et j’ai vraiment apprécié ! Ce soir, tout le monde ne peut pas courir puisqu’ils ne doivent être qu’une dizaine par équipe mais ils vont venir soutenir leurs potes ! Il y a un vrai esprit familial et c’est vraiment bien.

Le running à la base est plutôt un sport individuel. Le fait d’avoir ce type d’évènement « collectif » c’est quand même assez rare, notamment dans la course à pied ou encore l’athlétisme ?

Tout à fait. Je pense qu’il y a plus un côté demi-fond dans la boost battle run et là c’est le côté cohésion qui ressort : beaucoup de monde à courir ensemble, on parle de tout et de rien, les gens se retrouvent après une journée de boulot. Ça m’a beaucoup plu ! Malheureusement, je n’ai pas pu m’y rendre souvent à cause de mon emploi du temps (j’ai kiné ce jour là et je finis assez tard) mais sinon c’est vraiment top. Cela crée un véritable esprit d’équipe. J’avoue que j’ai quand même un peu triché puisque je suis allé dans la team « chatons » lors de mon passage chez la team Boost Bastille, mais j’ai trouvé ça vraiment bien puisque tout le monde s’attend, ça discute énormément, tu peux courir avec des gens de tout milieu et de tout niveau !

Interviews finale Boost Battle Run Adidas 3 - Run cocotte

Parlons un peu de ta carrière d’athlète à présent. J’ai vu que tu as battu ton record l’an dernier sur le 400 m, quel sont donc tes objectifs sportifs pour cette année 2015 ?

Essentiellement à l’extérieur, parce que j’ai fait l’impasse sur la saison hivernale. Dans ma tête, c’est surtout continuer à progresser. L’an dernier, j’ai pu conserver mon titre de champion de France du coup cette année j’aimerais asseoir ma domination sur le 400 m français et montrer que « ce n’est pas de la chance d’être là ». En effet, Leslie Djhone n’est plus sur la discipline depuis un petit moment car il est blessé mais il tente de revenir. Souvent, on me disait « il faut un leader sur le 400 m, il n’y en a pas » et moi depuis deux ans je montre que je suis là, je m’affirme de plus en plus et je peux me permettre de dire « je fais l’impasse sur l’hiver pour être très performant l’été » et j’espère que ça va continuer à bien marcher.

Le 400 m est une discipline particulière puisque c’est du sprint long, tu dois donc avoir des séances d’entraînements assez dures physiquement, combien de fois t’entraînes-tu par semaine ?

Je m’entraîne 6 fois par semaine : du lundi au samedi avec 2 séances le lundi (le matin & l’après-midi). C’est varié : j’ai beaucoup de musculation, de la course bien-sûr (par exemple ce matin j’ai fait 2 x 1000 m donc ça pique un peu !) mais j’ai un entraînement qui ressemble plus à un coureur de 800 m que de 400 m. Je me rapproche de plus en plus de la distance lorsque l’on s’approche des compétitions où je fais un peu plus de spécifique pour aller vite sur ma discipline.

Interviews finale Boost Battle Run Adidas 2 - Run cocotte

A côté de ces entraînements, as-tu un régime alimentaire particulier ?

J’ai la chance d’avoir une maman qui est une très bonne cuisinière ! C’est elle qui me fait mes programmes alimentaires. Elle fait très bien à manger : c’est varié, beaucoup de légumes, un peu de viande en quantité normale, je mange beaucoup de pâtes et sinon je fais quand même assez attention à ce que je mange. Il y a aussi un peu de nouveautés : la spiruline (algues vertes naturelles) et j’ai d’ailleurs mon cousin qui a crée sa propre marque de complément alimentaire, c’est naturel donc ce sont des choses très importantes pour un athlète.

Tu as 25 ans, est ce que ce n’est pas trop difficile parfois de privilégier l’entraînement aux sorties ?

Oui et non. Je suis parisien, j’habite dans le 15ème arrondissement depuis 1998 et j’ai les mêmes amis d’enfance donc ils savent que je dois faire attention. Je ne suis pas trop dans l’excès, après quand on habite à Paris c’est un peu compliqué parce qu’il y a toujours des petits événements à droite ou à gauche mais je fais quand même attention parce que j’ai des objectifs et je sais que pour les atteindre, il faut que je sois assez sérieux.

Interviews finale Boost Battle Run Adidas 4 -Run Cocotte

Quelle est ta prochaine compétition ?

Les championnats de France bien-sûr, qui sont un point de passage important mais avant ça il y a des meetings pour se qualifier, pour réaliser les minimas pour les championnats du monde qui seront à Pékin. Avant ça, cette année va avoir lieu la deuxième édition des championnats du monde de relais qui seront à Nassau aux Bahamas, auxquels on a déjà participé l’an dernier. Ils sont qualificatifs pour les Jeux Olympiques, les huit premières équipes seront qualifiées directement pour les Jeux. C’est très important puisque l’on a un relais qui est en train de grandir, on l’a vu à Zurich avec notre 4ème place avec la deuxième meilleure performance mondiale de tous les temps sur 4×400 donc c’est intéressant et on travaille pour. Je croise vraiment les doigts pour qu’on puisse se qualifier directement. Si cela ne se passe pas comme on veut, ce n’est pas un souci mais c’est vrai que cela nous enlèverait une grosse épine du pied pour pouvoir se focaliser sur d’autres objectifs.


Interviews finale Boost Battle Run Adidas 7 -Run Cocotte
Interviews finale Boost Battle Run Adidas 6 -Run Cocotte

Un grand merci à Jo-Wilfried Tsonga & Mame-Ibra Anne pour avoir répondu à mes questions !

Share on Google Plus

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.